Stanford, maintenant diplomée Majeur !

séjour golf, vacances golf, vins et gastronomie, bien-être, shopping golf, événements golf

 

THE EVIAN CHAMPIONSHIP 2018

Stanford, maintenant diplomée Majeur !

 

THE EVIAN CHAMPIONSHIP 2018 Angela Stanford

 

A l’issue d’un sprint final riche en rebondissements, l’Américaine Angela Stanford remporte l’Evian Championship 2018. L’Américaine, âgée de 40 ans, ne s’était plus imposée sur le circuit depuis 2012. Elle est la première représentante de la bannière étoilée vainqueur sur les bords du Léman depuis Natalie Gulbis en 2007.

Cela faisait six ans qu’Angela Stanford n’avait plus gagné sur le circuit. Six ans et demi même puisque sa victoire était intervenue en février 2012, lors du HSBC’s Women’s Champion, à Singapour. On la voyait encore de temps à autre obtenir une place d’honneur dans le Chelem, rester compétitive saison après saison (en témoignent ses 11 millions de gains), debout malgré le fort vent de jeunesse qui a balayé le monde du golf depuis l’arrivée au premier plan, ces deux dernières décennies des Wie, Park (Inbee ou Sung Hyun), Ko, et maintenant Hall ou Henderson…

Un eagle suivi d’un double bogey…

Drôle de dimanche à Evian, où on finit par se dire qu’Amy Olson allait remporter la mise, imperturbable qu’elle était. Ou semblait être. L’Américaine, surgie de nulle part pour prendre la tête dès le soir du cut, auteur de deux 65 consécutifs vendredi et samedi, avait vu sa partenaire du dimanche Sei Young Kim revenir sur elle au passage du 9. Mais Olson ne s’était pas affolée, n’avait pas même eu besoin d’une poignée de birdies pour reprendre le large, la Coréenne se voyant trahie par son putter (deux petits putts manquées sur les greens du 9 et au 10 qui pesèrent lourds dans sa balance personnelle).

Après Kim, Angela Stanford, qui rodait depuis 48 heures non loin de la tête, surgit elle aussi de l’arrière. A la faveur d’un superbe eagle sur le par 5 du 15, et une merveille de deuxième coup qui finit sa course à deux mètres du drapeau, la voilà qui revenait sur Olson au sommet du leaderboard.  

Mais l’Américaine perdit les deux points qu’elle avait repris au par (et à Olson) en concédant un vilain double bogey sur le par 3 du 16.  Olson avait le tournoi en main. D’autant que Stanford ne put mettre la pression sur sa compatriote en convertissant son occasion de birdie au 18 où son putt de trois-quatre mètres en descente, de droite à gauche, glissa le long du trou.

Pour Olson, un simple par suffisait au 18 pour emporter la mise. Elle le savait, car c’est à ce trou, nous dit-elle, qu’elle jeta pour la première fois de la journée un œil au tableau des scores : Stanford n’avait pu mettre la pression, Amy se la mit sans doute toute seule comme une grande.

Son drive sur le dernier trou s’égara à gauche sous les arbres. Son deuxième coup, de recentrage, ne retrouva pas le chemin du fairway. Le troisième, depuis le rough, trouva le green mais resta court du drapeau d’une dizaine de mètres. Olson chargea son premier putt. Et devait alors rentrer près de deux mètres pour pousser Stanford en play-off… Cette dernière, en contrebas du 18e green, attendait avec son caddie depuis plusieurs minutes, signant des autographes aux enfants, avalant une petite gorgée d’eau, jetait un coup d’œil à l’écran géant installé près du leaderboard principal.

Il suffit d’entendre la réaction du public massé autour du dix-huitième green, pour comprendre.

Olson venait de laisser passer sa chance. Angela tombait dans les bras de son cadet, en pleurs, puis remontait vers le green du 18 pour se voir remettre le trophée de l’Evian Championship par le grand Jean-Claude Killy. Secondes d’un slalom sans doute très spécial pour la nouvelle championne d’Evian au milieu des commissaires de parcours, officiels, journalistes et photographes…

 

www.evianchampionship.com

Twitter @EvianChamp #EvianChamp | Instagram @evianchamp | Facebook facebook.com/evianchampionship

séjour golf, vacances golf, vins et gastronomie, bien-être, shopping golf, événements golf